Conférence introductive 2019

Découvrez la conférence introductive 2019 et notre invité d'honneur !

Présentation de la conférence introductive

Daniel Hameline a eu le privilège d’être l’un des paroliers de Jacques Berthier. Il est, en particulier, l’auteur du livret de la Cantate à Sainte Cécile On peut vivre sans musique mais moins bien (1992), aujourd’hui encore inédite.

 

Jacques Berthier est l’un des rares (très rares !) « grands musiciens » – un véritable « pro » ! – qui ait accepté de se « compromettre » à écrire pour la liturgie des paroisses et des monastères au moment où la langue vernaculaire devient l’un des véhicules officiels de la prière de l’Eglise. Jacques Berthier y voit, avant tout, un service d’Eglise auquel il estime ne pas avoir à se soustraire. Il ne participe à aucune polémique, aucune coterie, aucun sectarisme. Il aime et connaît admirablement le chant grégorien, la musique de la Renaissance ou la musique baroque. Il ne méprise pas la musique légère, pas davantage le gospel ou le jazz, même s’il s’en inspire peu. Il possède surtout une créativité musicale exceptionnelle dont témoigne son oeuvre pour grand orgue, récemment enregistrée, l’une des plus marquantes du XXe siècle.

 

Quand Berthier commence à écrire pour les églises, les besoins de la liturgie en langue française sont considérables, non en « cantiques » (qui n’ont jamais manqué), mais en chants « fonctionnels » jusque-là réservés au latin (entrée, préparation pénitentielle, méditation psalmique, acclamation, litanies, actions de grâce, envoi…). Après avoir muni la communauté de Taizé de ses chants répandus aujourd’hui dans le monde entier et exécutés dans de multiples langues (dont le latin !), Jacques Berthier crée un style pour le chant liturgique de la messe et de l’office monastique : simplicité et aisance mélodique, rigueur, vigueur et originalité des accompagnements et de la polyphonie vocale, clins d’œil (parfois humoristiques !) au patrimoine musical. Il a la chance de bénéficier du concours de Didier Rimaud, disciple de Patrice de la Tour du Pin, et certainement le plus grand parolier liturgique en langue française. Le duo Rimaud/Berthier dote le chant liturgique en français d’un véritable trésor musical où puiser encore et toujours, en dépit du prurit de changement et en raison de l’affaiblissement généralisé du répertoire et de son interprétation dans les églises.

L'intervenant : Daniel Hameline

parolier de Jacques Berthier

Né à Nantes en 1931, docteur en philosophie, docteur ès-Lettres, Daniel Hameline a mené une carrière universitaire qui l’a conduit d’Angers (Université catholique de l’Ouest) à Paris (Institut supérieur de pédagogie, Université Paris-Dauphine) puis à Genève (Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation). Il a été professeur invité de l’Université classique de Lisbonne.

Parallèlement à ses études de psychologie, de philosophie et de pédagogie, il a été l’élève de Felix Moreau, titulaire du Grand Orgue de la Cathédrale de Nantes, pour l’orgue et l’analyse musicale, et de Robert Jef Marthouret à Lyon, pour l’arrangement et la composition. Il est diplômé de chant grégorien qu’il a travaillé sous la direction de son frère jumeau, Jean-Yves Hameline (1931-2013) à l’Institut de musique sacrée d’Angers. Il a été le parolier de Jean Langlais, Jacques Charpentier, Jacques Berthier et l’est aujourd’hui, à Genève, celui de Nicolas Hafner.

Il a composé une trentaine de chants pour la liturgie rénovée, dont le célèbre K38 Nous chanterons pour toi, Seigneur, créé à la cathédrale d’Angers, en 1963, chant offciel du Congrès national du Centre de Pastorale liturgique, ainsi que de nombreux arrangements, avec des paroles françaises contemporaines, sur des polyphonies des XVIIIe et XIXe siècles publiés dans la revue Choristes. Il est le conseiller musical de l’Ensemble vocal féminin franco-suisse Ad Limina, spécialisé dans la musique sacrée ancienne et contemporaine, dont plusieurs enregistrements ont fait l’objet de hautes distinctions.