Messe d' Ecclesia Cantic

Note du 2 avril 2020

 

Chers amis compositeurs,

plusieurs questions nous sont parvenues concernant les modalités du concours de composition.

Voici ci-dessous quelques précisions ainsi qu’une version mise à jour du règlement.

 

  • Pourquoi un concours plutôt qu’une commande ?

Ecclesia Cantic souhaite favoriser l’émergence de nouveaux talents en musique liturgique, en particulier en composition. Or, jusqu’à ce jour, la totalité des oeuvres composées pour Ecclesia Cantic a fait l’objet de commandes. Pour la Messe d’ Ecclesia Cantic, le concours a été privilégié. Le principe d’un concours ouvert permet en effet la participation de toute personne, et le fait que le jury n’ait pas connaissance de l’identité des compositeurs permet à de jeunes talents ou à des compositeurs jusqu’ici méconnus d’avoir leur chances, sans préjuger de leur notoriété.

  • Qui constitue le jury ?

Le jury, présidé par M. Olivier BARDOT, est constitué de personnalités musicales professionnelles reconnues pour l’apport qu’elles ont fourni à la musique liturgique des 10 dernières années. Comme cela est de coutume, et afin de garantir l’indépendance du jury, l’identité de ses membres ne sera communiquée aux candidats qu’une fois le lauréat choisi.

Olivier BARDOT est le directeur musical du choeur Stella-Maris, reconnu comme l’un des tout meilleurs choeurs de chambre en France. Professeur de direction de choeur et de polyphonie vocale au Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Paris, compositeur de musique liturgique, il enseigne également au séminaire de la Communauté Saint-Martin et fait partie du comité stratégique d’Ecclesia Cantic.

  • Au sujet de l’anonymat et de la cession des droits d’auteur

Depuis 2016, Ecclesia Cantic vit et se développe grâce à l’engagement généreux et anonyme de plusieurs dizaines de bénévoles, et ce dans un esprit d’humilité, de dépouillement au service de l’Église. C’est dans cet esprit qu’ Ecclesia Cantic a souhaité préserver l’anonymat du lauréat du concours, prenant ainsi en exemple le corpus grégorien qui s’est transmis sans nom d’auteur. De plus, certains compositeurs ont expressément conditionné leur participation au concours au fait de rester anonymes. La législation en vigueur ne permettant pas d’imposer l’anonymat, celui-ci est donc simplement proposé aux candidats ; le règlement du concours a été modifié en ce sens. L’acceptation de l’anonymat ne constitue aucunement une condition de participation au concours.

Par ailleurs, afin que l’oeuvre bénéficie d’une diffusion la plus large possible, une licence d’exploitation entre le compositeur lauréat et Ecclesia Cantic sera mise en œuvre.

Cahier des charges en vue de la composition d'un ordinaire de messe

Le répertoire liturgique bénéficie en France d’une remarquable vitalité dans la composition, marquée depuis quelques années par un accroissement de sa qualité d’écriture musicale et prosodique, et par une diversification de ses formes, grâce au respectueux aggiornamento d’une tradition redécouverte comme source principale d’inspiration.

Dans ce contexte porteur utile à l’évangélisation des âmes par la beauté du chant, le professeur W. Marzilli, de l’Institut Pontifical de Musique Sacrée, rappelait cependant lors du Consortium Internationalis Musicae Sacrae* que la musique liturgique court le risque d’un éclatement de son unité primordiale si les compositeurs cèdent à tel ou tel effet de mode au lieu de s’en remettre sagement à l’enseignement pluriséculaire de l’Église en matière de composition pour le culte divin.

Depuis 2016, Ecclesia Cantic s’inscrit dans une démarche d’ecclésialité et d’exigence pour former les jeunes de 18 à 35 ans aux diverses disciplines relatives à la pratique du chant liturgique au service du culte et de la mission.

Tous les 18 mois, un rassemblement de plusieurs centaines de jeunes musiciens autour d’acteurs professionnels de leur discipline vise à renforcer leur compétence, dans un esprit de service désintéressé de l’Église, toutes sensibilités confondues.

Depuis cette année, des week-ends Ecclesia Cantic Académie renforcent cette offre en proposant aux jeunes une formation spécifique sur plusieurs jours (direction de chœurs, composition, liturgie, grégorien…)

Dans le paysage du répertoire liturgique chanté, l’ordinaire de messe apparaît comme une forme souvent mise de côté par les compositeurs, peut-être en raison des multiples contraintes qu’elle impose (brièveté, accessibilité, humilité devant le texte…).

Par conséquent, il est assez symptomatique que les ordinaires de messe de qualité restant rares, ce sont toujours les mêmes que l’on entend un peu partout et tout le temps.

   Ecclesia Cantic poursuit donc avec le présent concours le double objectif de se doter d’une messe symbolique du rassemblement, tout en renforçant l’offre d’ordinaires par la composition d’une œuvre originale de haute qualité.

 

   * Symposium de la CIMS à Lyon, 24-26 octobre 2019

La messe d’Ecclesia Cantic servira lors des rassemblements (tous les ans et demi) mais pourra aussi être utilisée en paroisse ou dans d’autres évènements d’Église, en vue du service de la liturgie mais aussi pour faire connaître le répertoire labellisé Ecclesia Cantic.

De ce fait, cette composition se doit de respecter la qualité musicale polyphonique, signature d’ Ecclesia Cantic, tout en conservant une réelle accessibilité, dans l’absolu respect des formes imposées par la PGMR.

Il s’agira d’une œuvre composée pour l’occasion (œuvre originale).

Il sera proposé au compositeur lauréat de rester anonyme, dans l’esprit d’ Ecclesia Cantic qui évite de mettre en avant les personnes en insistant plutôt sur leurs œuvres. Le compositeur lauréat qui aurait accepté cette clause pourra y renoncer à tout moment.

En tout état de cause, les droits moraux demeurent la propriété inaliénable du compositeur lauréat en accord avec les dispositions légales du code la propriété intellectuelle.

Afin que l’œuvre bénéficie d’une diffusion la plus large possible, une licence d’exploitation entre le compositeur lauréat et Ecclesia Cantic sera mise en œuvre.

La messe Ecclesia Cantic se cantonnera à trois rubriques : Kyrie, Sanctus, Agnus Dei, c’est à dire l’ordinaire simplifié. Il sera demandé au lauréat de composer ultérieurement un Gloria respectant la forme hymnique (linéaire et sans refrain), un Alleluia et un chant d’Anamnèse.

La langue utilisée sera le latin, afin de lui renforcer son aspect universel romain et permettre une éventuelle utilisation internationale.

La polyphonie sera traditionnellement à quatre voix mixtes a cappella : Soprane, Alto, Ténor et Basse, de façon à pouvoir être utilisée dans la majorité des situations, y compris sans orgue.

On veillera tout particulièrement à ce que la voix de soprane soit chantable par l’assemblée.

L’ensemble des mélodies utilisées seront aisément mémorisables, de façon à ce qu’un effort limité soit à fournir pour les intégrer rapidement.

Il est conseillé d’user d’un motif mélodique différent pour chaque rubrique. Cependant, tout en respectant une unité de style propice à un ordinaire liturgique (sobriété, intériorité, solennité), on s’efforcera de mettre en lumière la spécificité de caractère de chaque rubrique :

  • contrition et confiance pour le Kyrie ;
  • exultation et gratitude pour le Sanctus ;
  • recueillement et adoration pour l’Agnus.

Les tonalités et modalités (majeur/mineur, mais pourquoi pas d’autres modes également) pourront donc varier d’une rubrique à l’autre, tout en conservant un lien entre elles (tons voisins ou relatifs).

Enfin, la forme antiphonaire sera privilégiée chaque fois qu’elle est possible, ainsi que détaillé ci-dessous.

On conservera une certaine sobriété rythmique afin d’assurer la fluidité et l’intelligibilité du texte.

 Kyrie :

Le motif mélodique de chaque invocation sera exposé par un soliste ou par le soprane seul, puis repris et harmonisé par le chœur accompagnant ainsi l’assemblée, le tout de façon homorythmique.

Le motif du second Kyrie pourra reprendre celui du premier, tout en le développant davantage, comme il d’usage dans certains ordinaires grégoriens.

 Sanctus :

On usera pour cette rubrique de l’alternance entre schola ou chœur et assemblée, cette dernière ne chantant que la reprise du Sanctus et celles du Hosanna.

Une utilisation du contrepoint (départs décalés, effets d’accumulation dans la louange) serait appréciée dans les parties chantées par le chœur seul, même si elle n’est pas obligatoire.

Une forme « simple » à usage habituel des paroisses sera également proposée.

 Agnus Dei :

On usera des mêmes principes que pour le Kyrie sans toutefois s’interdire de modifier l’un ou l’autre des paramètres.

L’expressivité mélodique et harmonique sera particulièrement soignée, afin de manifester la proximité du sacrement d’eucharistie.

Un chantre soliste se verra confier le début de chaque verset, à cappella ou harmonisé bouche fermée par la schola. L’assemblée reprendra sur la voix de soprane pour « miserere nobis » et « dona nobis pacem » en fin de verset, harmonisée par la schola.

  1. Le concours est ouvert sans distinction géographique ni limite d’âge. Son inscription est gratuite.
  2. Les œuvres doivent être originales, inédites, et n’avoir jamais été chantées. Les arrangements d’œuvres existantes sont interdits. Tant qu’elles sont en lice, les œuvres présentées ne doivent pas être déjà éditées ou en cours d’édition.
  3. Les compositeurs enverront leur partition en trois exemplaires, manuscrite ou réalisée au moyen d’un logiciel d’édition musicale. Il est possible de joindre un support audio, type fichier mp3 sur CD ou sur clé USB.
  4. Afin de préserver l’anonymat de présentation, aucun nom ou signe distinctif ne devra paraître sur les partitions et éléments envoyés. Un code confidentiel sera affecté à chaque partition par le secrétaire du concours, qui s’engage à ne pas communiquer avec les membres du jury. Les candidats inscriront leurs nom et coordonnées sur le bulletin d’inscription, uniquement joint à l’envoi.
  5. Le compositeur et/ou l’auteur peuvent, s’ils le souhaitent, joindre un texte – anonyme – de présentation de leur travail.
  6. L’ensemble devra être parvenu avant le 30 mai 2020 à l’adresse suivante :

Ecclesia Cantic

33 avenue de Beauregard

38700 Corenc

ou à :

[email protected]

  1. Le concours se déroule en un tour : le jury se réunit à huit clos afin de sélectionner sur lecture une œuvre.
  2. Une récompense de 1 500 € sera attribuée à l’unique lauréat du concours. Ce dernier sera alors contacté pour composer le reste de la messe hors concours selon un cahier des charges complémentaire du présent document. En contrepartie de ce prix, le lauréat s’engage à octroyer à Ecclesia Cantic une licence d’exploitation portant sur la partition primée pour une durée de 15 ans. Les autres termes de la licence seront discutés d’un commun accord entre Ecclesia Cantic et le lauréat de façon à permettre la plus large diffusion de l’œuvre.
  3. Le jury sera composé de personnalités reconnues en composition et musique liturgique, sous la présidence d’Olivier Bardot, professeur au Conservatoire supérieur de Paris. La décision du jury sera sans appel.
  4. L’œuvre primée devra porter la mention « Prix 2020 » avec le logo d’ Ecclesia Cantic en cas de diffusion et d’édition ultérieures, quel que soit l’éditeur.
  5. L’œuvre primée sera créée à Lyon lors du rassemblement des 14 et 15 novembre 2020.
  6. La participation à ce concours implique, de la part des candidats, la pleine et entière acceptation du présent règlement. Toute non-observation de l’un des articles entraînera de plein droit et sans recours élimination du candidat.